LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Le développement durable est la notion qui définit le besoin de transition et de changement dont a besoin notre planète et ses habitants pour vivre dans un monde plus équitable, en bonne santé et en respectant l’environnement.

Une définition exacte du développement durable existe, et c’est Mme Gro Harlem Brundtland, Premier ministre norvégien, qui en est à l’origine en 1987 :

« Un développement durable doit répondre à nos besoins présents, sans que cela empêche les générations du futur de répondre aux leurs ».

En d’autres termes, le développement durable est la notion qui définit la transition et le changement dont a besoin notre planète et ses habitants pour vivre dans un monde plus équitable, en bonne santé et en respectant l’environnement.

Le développement durable : essentiel aujourd’hui

Dans les années 70, un grand nombre d’experts et de scientifiques tirent la sonnette d’alarme quant à l’impact de l’activité des hommes sur la planète. Depuis la révolution industrielle, notre société a connu un développement sans précédent, mais sans véritablement en mesurer les conséquences de l’évolution de son mode de vie. À cela se sont ajoutés :

  • l’accélération des échanges avec le reste du monde (la mondialisation) ;
  • l’accroissement des inégalités entre pays riches et pays pauvres ;
  • les prévisions de croissance démographiques qui visent à 9 milliards d’habitants sur la planète d’ici 2050.

Voici une vidéo intéressante qui illustre ce changement :

« Incredible footage from the movie Samsara »

Mais comment assurer, demain, un accès à l’alimentation et à l’eau potable, à la santé et à l’éducation pour tous ? Comment assurer la protection de la biodiversité et lutter contre le changement climatique ?

Il devient, donc, urgent de trouver un nouveau modèle : le développement durable.

Developpement_durable

Les trois piliers du développement durable

  • L’efficacité économique, en assurant une gestion saine      et durable, sans préjudice pour l’environnement et pour     l’Homme.
  • L’équité sociale, en satisfaisant les besoins essentiels de       l’humanité (logement, alimentation, santé et éducation)    tout en réduisant les inégalités entre les individus et    dans le respect de leurs cultures.
  • La qualité environnementale, en préservant les ressources naturelles à long terme, en maintenant les grands équilibres écologiques et en limitant les impacts environnementaux.

Enjeux économiques, sociaux et environnementaux composent ainsi les enjeux du développement durable. Cependant, ils semblent parfois incompatibles avec la société de consommation dans laquelle nous vivons.

Mais notre planète en dépend désormais, et l’économie comme la croissance doivent être reconsidérées afin de tendre vers une société « plus sobre » pour relever ces enjeux.

Aujourd’hui, le développement durable s’impose non seulement comme un besoin urgent, mais aussi comme une réelle opportunité qui permettrait de redessiner notre société.

Qui n’a pas entendu parler du film Demain ? Pour illustrer ce passage voici le « Teaser du film Demain »

Les principes fondamentaux du développement durable

  • Solidarité entre les pays, entre les peuples, entre les générations, et entre les membres d’une société. Par exemple : économiser les matières premières pour que le plus grand nombre en profite.
  • Précaution dans les décisions, afin de ne pas causer des catastrophes quand on sait qu’il existe des risques pour la santé ou l’environnement. Par exemple : limiter les émissions de CO2 pour freiner le changement climatique.
  • Participation de chacun, quels que soient sa profession ou son statut social, afin d’assurer la réussite de projets durables. Par exemple : mettre en place des conseils d’enfants et de jeunes.
  • Responsabilité de chacun, citoyen, industriel ou agriculteur. Pour que celui qui abîme, dégrade et pollue répare. Par exemple : faire payer une taxe aux industries qui polluent beaucoup.

Les acteurs du développement durable

Tout le monde est concerné : chaque individu, jusqu’à l’État et les organisations internationales.

Tout le monde peut réfléchir et agir pour changer les choses :

    • les enfants et les parents ;
    • les écoles, les collèges et les lycées ;
    • les villes ;
    • les régions ;
    • l’État ;
    • les associations, comme Éco-École ;
    • les clubs sportifs ;
    • les entreprises ;
    • les agriculteurs ;

Les objectifs du développement durable

Depuis la COP21 et les Accords de Paris, la notion de développement durable est sur le devant de la scène. Mais alors, à quoi correspondent ces Objectifs de développement durable (ODD) ?

En septembre 2015, 193 états se sont engagés collectivement pour atteindre 17 ODD d’ici 2030. Ils succèdent ainsi aux 8 objectifs du millénaire pour le développement (entre 2000 et 2015) à la suite des différents Sommets de la Terre.

Les 17 ODD permettent à différents acteurs de suivre une même démarche afin de réussir les challenges :

  • du changement climatique ;
  • de la solidarité territoriale et intergénérationnelle ;
  • de la préservation des ressources naturelles dans le monde.

Ces ODD reposent sur cinq grands enjeux transversaux : les peuples, la planète, la prospérité, la paix et les partenariats.

Qui est concerné par ces objectifs ?

Beaucoup d’acteurs sont concernés par ces ODD, car une mobilisation de tous est nécessaire : l’État, les entreprises, les collectivités territoriales, les chercheurs, les associations, les syndicats, les usagers, les citoyens, etc.

La France s’est engagée dans la mise en œuvre de ces ODD en présentant son premier rapport devant l’ONU dès juillet 2016.

Les 17 objectifs de développement durable

Objectif_developpement_durable

Plus de renseignements sur le développement durable

https://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/objectifs-de-developpement-durable/

Sujet d’actualité, difficile d’y échapper, vidéo de

« Greta Thunberg qui appelle l’Europe à sauver le climat, comme elle l’a fait pour notre dame »

Le développement durable dans notre quotidien

L’économie collaborative ou l’économie du partage

Economie_collaborative

L’utilisation massive d’internet et des réseaux sociaux a entraîné l’apparition de nouvelles pratiques comportementales. Les citoyens ont, désormais, des nouveaux modes de consommation, qui leur apportent des vrais bénéfices et leur permettent de faire des « bonnes affaires ». Il s’agit de l’économie collaborative : le développement des échanges et du partage d’objets ou des services, grâce au numérique.

Cela consiste à acheter ou vendre des produits d’occasion, acheter grouper, échanger ou louer, covoiturer, financer collaborativement des projets, etc.

En 2013, l’achat ou la vente des biens entre particuliers via des plateformes en ligne concernait 52 % de la population.

Economie_circulaire

L’économie circulaire : du jetable au durable

Aujourd’hui, un modèle prédomine : l’économie linéaire, qui consiste à extraire, fabriquer, consommer puis jeter.

Or, la population mondiale augmente et, de ce fait, la consommation aussi, alors que nos ressources s’épuisent. Ce modèle montre, ainsi, ses limites puisqu’il participe à la dégradation de notre planète, au changement climatique, à la surproduction de déchets et à la raréfaction des ressources. Aujourd’hui, un nouveau schéma se dessine : l’économie circulaire. Il s’agit d’« un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie, vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement, tout en permettant le bien-être des individus ». Par exemple, c’est l’écoconception des emballages.

De quoi s’inspirer, vidéo d’une initiative innovante

« Le seacleaner le bâteau qui nettoie les mer »

L’économie sociale et solidaire

Cette économie cherche à améliorer par ses activités la qualité de vie des individus dans leur quotidien, en développant les valeurs de partage, d’écoute, de proximité et de développement durable. Les acteurs de cette économie (associations, coopératives, mutuelles, startups, petites entreprises, grands groupes) ont une activité qui profite à tous et des missions qui répondent aux besoins des individus.

Au quotidien, il s’agit des centres sportifs (oui !), du commerce équitable, des recycleries, des ressourceries ou encore des coopératives agricoles qui mettent directement en contact les consommateurs avec les producteurs.

Ceci n’est pas un film de fiction, il a pour but de réfléchir sur le cycle d’un produit.

« île au fleurs »

D’autres initiatives du développement durable

Economie_solidaire

Les écoquartiers

Cette économie cherche à améliorer par ses activités la qualité de vie des individus dans leur quotidien, en développant les valeurs de partage, d’écoute, de proximité et de développement durable. Les acteurs de cette économie (associations, coopératives, mutuelles, startups, petites entreprises, grands groupes) ont une activité qui profite à tous et des missions qui répondent aux besoins des individus.

Au quotidien, il s’agit des centres sportifs (oui !), du commerce équitable, des recycleries, des ressourceries ou encore des coopératives agricoles qui mettent directement en contact les consommateurs avec les producteurs.

L’écotourisme ou tourisme durable

C’est une façon de visiter un pays en découvrant sa nature, ses espèces et sa culture, tout en respectant son environnement et ses habitants. Cette pratique cherche à minimiser les conséquences négatives du tourisme sur l’environnement naturel et socioculturel.

Le développement durable en entreprise : la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE)

Les entreprises, aussi, peuvent participer au développement durable. C’est ce qu’on appelle la RSE. Cela peut se traduire par :

  • une consommation réduite d’eau et d’énergie dans les locaux d’une entreprise ;
  • une conception écoresponsable des produits et des emballages, afin de réduire les frais et les déchets, ainsi que pour contrôler la quantité et la qualité des matières consommées ;
  • une écoute plus attentive auprès des salariés. Cela permet de créer un cadre de travail agréable pour qu’ils se sentent mieux. La RSE participe à la réussite, la performance et la réputation de l’entreprise à travers la motivation des salariés ;
  • une assurance que tous les partenaires d’une entreprise (fabricant, transporteur, distributeur, vendeur, etc.) travaillent sur la RSE pour réduire leur impact sur l’environnement et favoriser le bien-être des salariés.

Comment se mesure le développement durable ?

Pour mettre en œuvre le développement durable, il faut pouvoir le mesurer. Le PIB vert, vous connaissez le Produit intérieur brut (PIB), est un indicateur économique permettant d’évaluer la production d’un pays. Le PIB Vert est son équivalent qui tient compte de la production réelle de richesse, mais aussi du bien-être, grâce à d’autres critères de mesure.

L’Indice de développement humain (IDH)

L’IDH a été créé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en 1990. Il mesure le niveau de développement humain sur des critères autres que la seule production économique, comme le taux d’éducation, l’espérance de vie, le niveau de vie, etc. Il s’agit aujourd’hui du principal indicateur utilisé pour mesurer le bien-être individuel et collectif dans une région donnée.

Est-ce que développement durable et grosse distribution sont compatibles ?

« vidéo eau coca »

L’empreinte écologique

Il s’agit de l’estimation de nos besoins humains (logement, énergie, consommation, alimentation, etc.) par rapport aux capacités de la Terre à y répondre à long terme, tout en tenant compte de la surface d’accueil et des ressources naturelles disponibles, calculées en « hectares globaux disponibles ».

Lorsque les besoins de l’humanité dépassent les capacités de la Terre, les écosystèmes et les ressources naturelles ne sont plus capables de se régénérer pleinement. Cela entraîne leur dégradation, leur raréfaction, voire leur disparition. Dès lors, l’humanité puise dans des réserves qui ne seront plus disponibles aux générations futures.

On considère aujourd’hui qu’il faudrait 1,7 Terre pour répondre durablement aux besoins actuels de l’humanité.

A-t-on besoin d’huile de palme ? une vidéo qui amène à réfléchir.

« La culture de l’huile de palme menace la planète »